Archives pour novembre 2010

30-11-2010

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EST-IL UNE PRIORITE ECOLOGIQUE?

A cette question d’autant plus délicate qu’elle se trouve largement manipulée, par les idéologues tiers-mondistes plus ou moins « Verts » d’un côté, par les faucons américanophiles proches de BP et Total de l’autre,  il convient d’effectuer quelques précisions.

Tout d’abord, l’expression même « climatique » exclue en principe les effets directs de la pollution et à la forte présence humaine qui, surtout en milieu occidental, contribue fatalement à réchauffer l’atmosphère immédiat  dans les grandes agglomérations, ce qui renvoie davantage à des problématiques classiques de « pollution »qu’à la question du  réchauffement « climatique »?

C’est là que l’on voit à l’oeuvre l’idéologie « écologiste » en action qui, en défendant la réintroduction d’espèces comme le loup ou l’ours dans les Alpes et les Pyrénées ou en s’attachant à interdire la chasse aux grands mammifères comme le chevreuil ou le sanglier, s’attaquent avant tout aux activités « traditionnelles » qui, du moins avant la mise en oeuvre de la P.A.C., ont longtemps contribué à l’ »entretien » du patrimoine naturel. Il est d’ailleurs « amusant » de constater que ce sont les mêmes idéologues qui, à travers un fumeux « plan vert » en discussion à Cancun, prônent, au risque de l’abandon de l’agriculture « vivrière », le développement de cette même agriculture intensive dans les pays du Tiers-Monde! D’ailleurs, même s’il s’agit de produits « bio », n’est-ce pas absurde de leur faire traverser la planète en incitant les Européen à manger des cerises en hiver et à mettre en chômage technique leurs propres agriculteurs « bio »!

Et les mêmes qui réclament l’instauration d’une « taxe carbone » en Europe qui, du fait  que les Chinois et les Indiens se moquent éperdûment-ce que l’on déplore évidemment et c’est pour cela que l’on prône une taxe sur les produits d’importation– des considérations « écologiques » qui ne font au mieux que déplacer le problème avec les « délocalisations » mais qui surtout généralisent non seulement le transports-avec les conséquences environnementales que l’on connaît- mais aussi et surtout la généralisation d’un « mode vie » occidental pollueur par essence et fortement consommateur de…ressources naturelles comme de produits manufacturés!

Car c’est bien là le principal problème « écologique » de la mondialisation économique et  culturelle qui prétend généraliser le consumérisme comme s’il s’agissait toujours d’un progrès, alors même que cela risque de déstabiliser les sociétés traditionnelles notamment celles qui sont gagnées par le fondamentalisme sunnite et que traitent dangereusement-et couteusement-les Américains et hélas leurs alliés : il n’est pas concevable que le monde entier vive « à l’occidentale » pour des raisons évidentes de ressources naturelles, qu’on pense à l’impact du pétrôle sur les céréales et donc sur la viande bovine alors que l’ancien système de stabulation sur prairies à bocage était bien plus équilibré.

Et puis, à supposer que la spéculation anglo-saxonne et le keynésianisme de l’Etat-Providence des pays latins de l’Union européenne le permettent indéfiniment, c’est bien ce « consumérisme » qui pousse à réclamer davantage de « pouvoir d’achat » au lieu de cultiver son jardin ou d’utiliser les solidarités naturelles. Bien sûr, cela renvoit à un modèle d’aménagement du territoire équilibré entre urbain et rural d’une part, entre rural et rurbain d’autre part! La responsabilisation est bien plus « éco-citoyenne » et ce, surtout lorsqu’elle est complétée par ce que Maurras appelait les « solidarités naturelles » ainsi qu’une logique de terroir qui limite les déplacements de marchandises, de capitaux et…de populations!

 Honte aux manifestants pour la « retraite » qui ne visent qu’à voyager et séjourner tranquillement là où ils le veulent au lieu de contribuer à une « économie durable » qui favoriserait une véritable solidarité intergénérationnelle où la génération soixante huitarde ne se contenterait pas de pomper l’argent du contribuable et de la dette publique pour mener un train de vie anti-écologique mais accompagnerait les « cotisants » vers l’économie « durable de proximité » que j’appelle de mes voeux!

 

 

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-11-2010

ZONE EURO, DETTES PUBLIQUES : L’ECOLOGIE REACTIONNAIRE COMME SEULE ISSUE POSSIBLE

L’ »euro fort » a été imposé par les Allemands, toujours traumatisés par l’hyperinflation de 1923 et ayant su faire à temps les sacrifices nécessaires pour adapter leur industrie à la compétition internationale que livrent impitoyablement les pays émergents à un  »vieux continent » que les traités européens ont livré à cette concurrence « déloyale ».

 Or, ce qui n’était pas prévu par les fondateurs est que sa surévaluation latente a aggravé la tendance non seulement de la Grèce mais aussi de l’ensemble des pays latins à laisser s’instaurer une inflation « réelle », découragent la « production » interne et encourageant la  spéculation, les habitants paraissant davantage regardants sur les prix des produits-ce qui les conduit à préférer les produits d’importation- que sur les prix de l’immobilier ou de la consommation énergétique. Et ce d’autant plus que, outre que l’euro se fait complice des déficits, la politique bruxelloise se fait excessivement « libre-échangiste », interdisant les aides publiques aux secteurs productifs mais encourageant de facto les mécanismes d’aide à la spéculation ou à l’assistanat par l’aide d’Etat au secteur immobilier ou au secteur bancaire suite à la crise financière, la suppression des restrictions aux mouvements de produits, d’hommes et de capitaux ou… les multiples plans d’aide aux Etats insolvables qui n’ont d’autre effet que de les inciter à réclamer d’avantage d’argent public au lieu de réapprendre le mode de vie plus « économe » de leurs ainés. Comme les grévistes en France devant la nécessaire mais insuffisante réforme des retraites.

 

Sauf à espérer que les créanciers s’y retrouveront toujours en prêtant à de faibles taux d’intérêt-ce qui peut s’expliquer en France sur le court terme par la consommation de médicaments ou autres incitations de l’Etat-Providence à dépenser « toujours plus » pour le plus grand profit de certains- ou que les Allemands acceptent de payer pour « tout le monde » en échange de droits au séjour sur les littoraux de la Méditerranée ou de l’Atlantique bordé par le « Gulf Stream »- cela n’est évidemment pas tenable à terme. D’autant plus que, à l’approche du seuil fatidique de 100% d’endettement public, il importe de remettre en cause la vieille logique keynésienne des « plans de relance » qui, davantage que l’économie productive, favorisent de facto surtout les importations et la spéculation.

C’est pourquoi il importe de remettre à l’honneur un modèle que l’on pourrait qualifier d’ »écologie réactionnaire » -divergeant avec l’écologie idéologique sur certains sujets comme la réintroduction des loups au détriment des brebis- où nos concitoyens et nos Etats retrouveraient le goût du mode de vie « traditionnel » ce qui n’exclut pas bien sûr un soutien intelligent à la recherche, aux voitures électriques si possibles fabriquées en France ou à l’électricité photovoltaïque.

Autant il n’est pas inutile, au besoin par une prise en charge « citoyenne » et responsabilisante d’une partie des frais de l’entreprise publique E.R.D.F. comprenant encore (trop) de(s)  fonctionnaires plutôt que par un encouragement public à la montée des prix, non seulement du lancement du chantier photovoltaïque mais aussi des travaux d’entretien des centrales nucléaires pour des raisons de « défense », de pratiquer un certain interventionnisme dès lors qu’il favorise l’économie « durable » et « non délocalisable », autant il est absurde de continuer à suventionner l’agriculture conventionelle  »productiviste » et intensive.

Encore faut-il préciser que le label « AB »ne doit pas encourager les produits venus de l’autre bout de la planète et encourager soit nos agriculteurs à vivre de leur travail soit nos concitoyens, plutôt qu’a réclamer des augmentations qui font fuir les entreprises privées et ruinent davantage l’Etat-Providence,  à réapprendre à cultiver dans leurs jardins et à reconstituer des « solidarités naturelles » correspondant peu ou prou à ce que Maurras appelait les « communautés intermédiaires ». C’est là d’ailleurs que ma vision de l’écologie va diverger le plus avec la pensée dominante car, davantage encore que la nécessaire limitation aux échanges internationaux causées par la « concurrence déloyale » et à la double logique « consumériste » de l’assistanat et de la spéculation issus d’un détournement de la pensée keynésienne, les « solidarités naturelles » qu’elle implique engendre nécessairement une réappropriation des racines et des identités qui implique de remettre en cause la logique cet autre moteur de l’immigration de masse que constitue  le   »droit du sol » avec en corrollaire la revalorisation du rôle traditionnel de la France qui doit aider les pays francophones et arabophones à développer leur agriculture vivrière au lieu de leurs exportations d’huile de palme ou autres produits agro-manufacturés.

 Il est évident que le système fiscal français doit s’adapter à cette nécessaire mutation vers l’économie durable de proximité- taxes « écologiques » davantage basées sur la spéculation et les importations-, ce qui implique un recouvrement de la souveraineté budgétaire passant aussi bien par le désendettement que par un éclatement progressif de la zone euro, le Portugal et la Grèce étant mûrs pour ce auquel la France doit progressivement se préparer.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-11-2010

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Posté par ecoloreac dans Non classé | 2 Commentaires »

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!