Archives pour mai 2011

27-05-2011

EN AGRICULTURE AUSSI, ATTENTION A LA NOTION DE « PERFORMANCE » SUR LE COURT TERME

Qui peut favoriser les OGM ou les pratiques aboutissant à la faillite de la polyculture (donc de l’autosuffisance)  et à l’épuisement des sols…aux frais du contribuable pendant que l’agriculture vivrière et la chasse sont pénalisées.

 

Encore une fois, le « développement durable » impose de raisonner dans la durée ce qui implique un certain « conservatisme » ou même un certain « traditionnalisme »…

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-05-2011

SECHERESSE : PROPOSITIONS DE LA COORDINATION RURALE

http://www.coordinationrurale.fr/secheresse-a-situation-exceptionnelle-mesures-exceptionnelles.html

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-05-2011

LE VERITABLE ADVERSAIRE DE L’ECOLOGIE : LE SOCIAL-LIBERALISME

Mon accroche sera un sujet d’actualité : ce qui s’est passé au F.M.I. récemment et pourquoi on y accorde autant d’importance…à tort ou à raison, cela dépend comment on voit les choses.

Le fait est que « DSK » est tombé de la manière la plus prévisible qui soit par n’importe quel quidam un peu averti de ses agissements et comportements antérieurs, évidemment agravés par l’impression de « toute-puissance » que ce poste lui donnait. En soi, personne ne va s’en plaindre tant le personnage est détestable pour les personnes un peu honnêtes et je propose de clore sa sinistre histoire en se réjouissant qu’il n’ait pas l’occasion de « créer » un incident diplomatique avec les Etats-Unis d’Amérique ce qui serait un comble!

Le fait que Christine Lagarde, sur laquelle Nicolas Dupont-Aignan a raison de mettre en cause sa prétendue « compétence » quant on mesure le niveau historique d’endettement public et de chômage atteint notre pays, candidate a sa succession malgré la grotesque affaire Tapie aux fesses. Rappelons que le personnage de Bernard Tapie, ignoble individu par ailleurs, s’est vu une très confortable indemnité versée par…le contribuable français et ce, en contournant les procédures juridictionnelles en vigueur! Bravo la ministre d’un gouvernement de droite qui saigne l’électorat de droite (les imposables) pour « indeminiser » d’un préjudice infime un grotesque « radical-socialiste ».

Il est vrai que, quand on mesure l’incapacité du Gouvernement à s’arrêter en Lybie…enfin, ce que ne dit pas Nicolas Dupont-Aignan, c’est que le problème est ailleurs, dans l’origine de la capacité des puissants à servir leur caste de manière largement plus spectaculaire que les « privilégiés » de l’Ancien Régime que l’Education Nationale a tant appris à décrier à nos jeunes gamins décérébrés!

Et quelle est cette origine? On en revient toujours là, le besoin de financement des Etats et des banques pour assurer la survie d’un système normalement obsolète si l’on mesure que les ressources naturelles ne permettent plus de laisser consommer les Occidentaux en faisant travailler les Extrême-Orientaux  et qu’il faut donc empêcher les Etats et les banques de faire faillite, faisant financer les uns par les autres en fonction des crises qui ne feront que s’accentuer et se généraliser au cours des prochaines années.

Les Etats doivent donc se livrer au caprice des financiers pour permettre à leurs ressortissants indigènes et allogènes de consommer non seulement sans travailler mais qui plus est sans vivre de manière écologique comme les circonstances l’exigeraient.

Quel est le système qui empêche ou permet cela? Ce que l’on appelle le « social-libéralisme », ce système qui contribue autant à lisser le clivage entre une certaine droite « d’affaires » et une certaine gauche « de gouvernement » et qui trouve parmi ses principaux représentants Dominique Strauss-Kahn et Christine Lagarde, partisans d’un système où l’on s’endette toujours plus au lieu de vivre « à l’ancienne » en exploitant le défaut d’abnégation de nos concitoyens incapables de planter leurs pommes de terres chez eux ou mêmes chez les autres, Monsieur Wauquiez ayant été stupidement vilipendé jusque dans son camps sans même oser aller jusque-là!

Le social-libéralisme, voilà l’adversaire de la véritable écologie, celui qui maintient les individus dans le consumérisme assisté au lieu de les aider à prendre leurs responsabilités en développant un certain sens de l’autarcie. C’est tellement plus facile de passer ses vacances à Marrakesh en achetant des produits à bas coût issus de l’autre bout de la terre que chasser, pêcher ou cultiver en s’entre-aidant et en cultivant le « sentiment d’appartenance » à même d’empêcher ceux qui n’ont rien à faire chez nous à s’adapter…ou partir!

La sécheresse printanière de cette année 2011 qui va inéluctablement faire flamber les prix des matières premières va encore une fois confronter les Français à leur choix…et à leur mode de vie!

 

 

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

04-05-2011

UNE NOUVELLE ECONOMIE EST POSSIBLE D’APRES LE MONDE: TRES BIEN SI ON RAJOUTE LES NOTIONS DE SACRIFICE ET DE SENTIMENT D’APPARTENANCE

Très diverses dans leurs réalités, elles partagent des caractéristiques essentielles : un projet économique au service de l’utilité sociale, une mise en œuvre éthique, une gouvernance démocratique et une dynamique de développement fondée sur l’ancrage territorial et la mobilisation citoyenne. Rassemblées, en France, sous le vocable d’économie sociale et solidaire (ESS) et d’entrepreneuriat social, ces initiatives ouvrent des voies nouvelles, car elles cherchent à produire, consommer et décider autrement.

De façon concrète, elles apportent la preuve que des projets économiques peuvent réussir sur le marché concurrentiel, tout en étant plus respectueux des personnes, de l’environnement et des territoires.
Elles ont pour noms : commerce équitable, finance solidaire, agriculture paysanne et circuits courts, services à la personne (petite enfance, personnes âgées…), insertion par l’activité économique, accès à la santé, logement social, monnaies complémentaires, éco-construction, solidarité internationale et tourisme solidaire, coopératives d’activités et d’emplois, recycleries et ressourceries, covoiturage et aide à la mobilité, internet coopératif et logiciels libres, associations et espaces culturels…

Elles sont présentes partout où l’on promeut la recherche du bien commun et chacun peut en bénéficier d’une manière ou d’une autre dans sa vie quotidienne. Cette « autre économie » s’inscrit à part entière dans les valeurs et la lignée de l’économie sociale, celle des associations, des coopératives et des mutuelles, qui était née à la fin du XIXe siècle en réaction à une première révolution industrielle particulièrement brutale. L’économie sociale représente désormais 200 000 entreprises en France, soit plus de 2 millions de salariés et 10 % de la valeur nationale créée. Loin d’être une exception française, « l’autre économie » se retrouve et se développe partout dans le monde, aussi bien en Europe que sur les autres continents.

Par sa réactivité et les solidarités qu’elle met en oeuvre, l’ESS constitue une réponse locale immédiate aux conséquences de la crise mondiale. Mais au-delà, ses valeurs et ses pratiques peuvent inciter les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens à changer de comportements pour tendre vers une économie plus solidaire, plus équitable et plus responsable.

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!