Archives pour juillet 2011

22-07-2011

LA GRECE NE PEUT PAS MISER SUR LE TOURISME CAR CE N’EST PAS UN MODELE ENERGIQUEMENT VIABLE

Ainsi, les remarques peut-être responsables mais irréalistes et pédantes des responsables de la majorité présidentielle essayant de faire croire à l’opinion que « la Grèce est sauvée » suite à un  nouveau déversement massif d’argent public qui ne fera qu’aggraver la dette des autres Etats de l’Union européenne trouvent peut-être une part de sincérité dans les déclarations de Madame Pécresse sur le problème des taux d’intérêt, reconnaissant impliscitement l’inéluctablité d’une grave crise obligataire prochaine dans la zone euro.

Admettons, si cela peut rassurer les marchés jusqu’à l’élection présidentielle et empêcher les fous socialisants d’accéder aux commandes. On sait de toutes façons aussi que, du fait des interconnexions absurdement développées par la « classe politique » et entretenues par l’absence d’efforts de populations entretenues dans le consumérisme artificiel, entre institutions bancaires ( et autres acteurs financiers) et les Etats surendettés, les  »actifs » détenus par les uns et les autres  à l’endroit des Grecs (y compris l’Etat français qui a vendu de l’armement en touchant de l’argent qui n’existait pas et qui n’a d’ailleurs pas suffi à lui éviter son propre surendettement) pourraient ne plus rien avoir et provoquer l’effondrement à l’échelle européenne de tout ce système « social-libéral » marqué par une conjonction entre banques et Etats, et incitant tout le monde « à vivre au-dessus de ses moyens » selon un modèle économique et écologique très peu viable sur le moyen terme de toutes façons.Quant aux actifs « immobiliers » et aux infrastructures, ils servent déjà hélas de « monnaie d’échange » pour éviter les réformes de fonds autre part que dans ces petits Etats qui eux « bradent » leur indépendance à travers ces actifs. 

Pourtant, a-t’on seulement réfléchi que le modèle économique basé sur le tourisme n’est lui non plus pas viable sur le moyen terme en raison des exigences des tourismes et du mode de vie induit. On aura beau jeu d’y rétorquer que, dans un pays comme la France, les zones touristiques, « littorales » notamment, sont les plus riches mais c’est parce que l’on raisonne en P.I.B., c’est-à-dire en flux financier oubliant de comptabiliser l’argent public déversé mais aussi le mode de vie induit, rendu couteux par le confort et la spéculation immobilière (qui seule pour l’instant assure la « rentabilité » de la Côte d’Azur sans plus même assurer celle de l’Ile-de-Beauté) et le coût des importations induites, en produits manufacturés (les usines ayant délocalisé) , en produits alimentaires (pas question de faire son « potager ») mais aussi en consommation énergétique. C’est tout cela qui fait que le modèle grec à grande échelle pour l’instant, mais aussi d’ores-et-déjà certaines régions françaises comme la Corse ne sont plus viables.

L’écologie réactionnaire constitue la seule solution de toutes façons, reste à savoir comment sera employé l’argent public déversé en faveur ou non du tryptique d’ »économie durable » que je prône : photovoltaïque, voitures électriques, agriculture bio.

J’en profite pour conseiller le film « Nikostratos »

 

 

 

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

04-07-2011

PEU IMPORTE QUE LA TVA SOCIALE CASSE LA CONSOMMATION: ELLE REEQUILIBRERA NOS COMPTES PUBLICS SUR DES BASES SAINES

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!