Archives pour mars 2012

06-03-2012

MIEUX QUE LE MALTHUSIANISME, LA DECROISSANCE POUR REHABILITER L’ENVIRONNEMENT TRADITIONNEL EN METTANT FIN AU SOCIALISME ET AU KEYNESIANISME

               Au moment où les apprentis « économistes » de droite et de gauche-ceux qui pensaient il y a peu que l’Union européenne et l’Etat-Providence amèneraient une prospérité sans limite- nous expliquent selon des méthodes socialisantes éprouvées mais généralisées maintenant au niveau européen (avec le succès que l’on sait maintenant) qu’il faut « relancer » la croissance », il est important de préciser quelque chose qui, normalement, ne devrait pas trop déplaire à nos amis écologistes s’ils pensaient à l’environnement avant de s’intéresser à la chasse ou au contrôle des naissances.

A partir du moment où ce que l’on appelle le « système productif »-industries et agriculture- se délocalise, il n’est pas possible de maintenir la « consommation » sans artifice financier tout simplement parce qu’un modèle basé sur cette seule dernière (la « consommation ») n’est pas écologiquement  viable.

En clair, les salariés des services qui s’entassent dans les agglomérations ont « besoin » d’un minimum de produits que, de fait, on fait venir de l’autre bout de la planète (ce qui ne semble curieusement pas déranger Madame Joly!) tandis que, devant l’incapacité objective de ces salariés de financer un mode de vie structurellement individualiste et consumériste (y compris sur le plan énergétique), l’ »Etat-Providence » passe à la « caisse » pour « prendre le relai ». Heureusement encore que les produits issus du « dumping » chinois vont être un minimum taxés mais quand on voit des décisions issus de vote du Parlement européen (en faveur des produits marocains par exemple), on peut se demander si le délire n’est pas à l’ordre du jour dans nos « élites ».

Car, voilà, à partir du moment où notre mode de vie n’est pas viable ni écologiquement ni économiquement, ce qui revient d’ailleurs au même, c’est qu’il faut le modifier: il faut apprendre aux gens à ne plus s’entasser dans les agglomérations, à utiliser les « circuits directs », à limiter leur consommation énergétique, à pratiquer la solidarité de voisinage, à cultiver leur jardin, à… »chasser » le chevreuil et le sanglier qui pullulent dans nos campagnes! Et à payer lorsqu’ils ont tout de même besoin de quelque chose pour, au moins, que les produits ne viennent pas d’ailleurs, avec des charges de transports (pour les distributeurs) curieusement faibles. Bref, rompre avec la théorie d’un individualisme consumériste assisté par un Etat socialisant!

Et les écologistes feraient mieux de songer à inciter à cela, ou à réclamer la « taxation » de la « surconsommation » énergétique au profit des énergies renouvelables (attention aux éoliennes!) que se s’en prendre à notre potentiel nucléaire ou aux chasseurs!

En tout cas, la « décroissance » (si l’on raisonne à partir d’un P.I.B. ne constituant que des « flux financiers ») ne serait pas absurde même d’un strict point de vue économique, pourvu que l’on cesse le recours aux importations et au surendettement, et que les populations réapprennent les vertus de la société traditionnelle, encadrée par de fortes solidarités « identitaires » plutôt qu’une solidarité publique factice et  bureaucratie maintenant l’homme à l’état de consommateur solitaire assisté!

N’avez-vous pas remarqué que le modèle de « croissance » se traduisait surtout par une croissance de…l’endettement?

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

01-03-2012

PROPOSITION DE LOI POUR ENCOURAGER LES CIRCUITS COURTS ENTRE AGRICULTEURS ET CONSOMMATEURS

Dominique SOUCHET, vient de déposer une proposition de loi pour renforcer l’information des consommateurs et la transparence des prix agricoles.

 

Paris, le 23 février 2012

 

Communiqué de presse

 

Salon de l’Agriculture :

73 députés déposent une proposition de loi

 

            Dominique SOUCHET, député de la Vendée, vient de déposer une proposition de loi pour renforcer l’information des consommateurs et la transparence des prix agricoles et a reçu le soutien de 73 députés (UMP, NC et NI).

            La proposition de loi prévoit de rendre obligatoire l’affichage de la part qui revient au producteur dans le prix de vente d’un produit.

            Dominique SOUCHET souhaite que cette disposition s’applique dans un premier temps à tous les produits agricoles non-transformés (fruits, légumes, fleurs, oeufs etc.)

            Pour Dominique SOUCHET, il s’agit d’une « proposition incitative et facile à mettre en œuvre ». Mais il ajoute que « changer les étiquettes des prix de vente doit également permettre de changer l’éthique de la distribution ».

            « Pour certains produits agricoles, moins de 15 % du prix de vente va directement au producteur, sans que le consommateur n’en sache rien. Il faut renforcer la transparence pour orienter la consommation vers les produits qui bénéficient vraiment aux producteurs ».

            Pour Dominique SOUCHET, cette proposition de loi pourrait avoir 3 effets positifs :

  • rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les « circuits courts » ;
  • augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs en tirant à la baisse les marges de la distribution ;
  • soutenir les agriculteurs français en encourageant la consommation d’une production nationale.

 

Dominique SOUCHET
Député de la Vendée

Posté par ecoloreac dans Non classé | Pas encore de commentaires »

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!