29-09-2017

CATALOGNE: LES EUROCRATES SOUTIENNENT MADRID ALORS SOUTENONS LES CATALANS (L’ESPAGNE N’A PAS LA VOCATION UNIVERSELLE DE LA FILLE AINEE DE L’EGLISE, LAQUELLE SE DOIT DE CONSTITUER AVEC LES CORPS INTERMEDIAIRES)

Référendum en Catalogne: quelles seraient les conséquences d’une victoire du « oui »?

                            29/09/2017 à 05h56
Des partisans de l'indépendance manifestent à Barcelone, le 20 septembre 2017.

                                                                                                    Des partisans de l’indépendance manifestent à Barcelone, le 20 septembre 2017.  -                                                                                                                                                     Lluis Gene – AFP                                                                                            
                                                                                                     

     

 

Current Time 0:00
/
Duration Time 1:31
Loaded: 0%

descriptions off, selected

  • subtitles settings, opens subtitles settings dialog

                        

Dimanche 1er octobre, les Catalans sont appelés aux urnes par leur gouvernement régional, pour se prononcer sur leur indépendance, lors d’un référendum d’autodétermination. Redouté et interdit par Madrid, le vote pourrait avoir de lourdes conséquences, en cas de victoire du « sí ».

                        

     Les Catalans sont appelés aux urnes par leur gouvernement régional indépendantiste, ce dimanche 1er octobre, pour participer au référendum d’autodétermination. Un scrutin interdit par le pouvoir central. La question posée aux électeurs sera simple: veulent-ils que la Catalogne devienne une république indépendante? Bien que la date soit fixée depuis le mois de juin, la tenue du scrutin reste encore incertaine, tant Madrid a multiplié les mesures pour gêner, voire tout bonnement empêcher le vote. Mais de son côté, Barcelone l’assure: le référendum aura bel et bien lieu.Si le camp du “oui” à l’indépendance l’emporte, au terme d’une journée de vote qui s’annonce tout sauf sereine, et que le résultat est reconnu politiquement et juridiquement -ce qui est peut-être l’aspect le plus incertain de ce référendum- se posera la question des conséquences de cette scission aux airs de Brexit. Et celle-ci impacterait fortement la Catalogne elle-même et ses 7,5 millions d’habitants, mais aussi l’Espagne et ses voisins.

  • Un tsunami politique, passant par une sortie de l’UE et de l’euro

Si le « oui » venait à s’imposer ce dimanche, la Catalogne ferait sécession pour devenir une république indépendante du royaume d’Espagne. C’est en tout cas la volonté des séparatistes, qui ont adopté une loi visant à organiser et encadrer la transition vers un Etat indépendant, en cas de victoire du « oui ». Le texte prévoit l’élection d’une Assemblée constituante, chargée d’établir une nouvelle constitution, puis la tenue d’un nouveau référendum pour la faire approuver. Des élections législatives seront ensuite organisées.

De fait, ce nouvel Etat séparé de l’Espagne, qui contrôlerait ses frontières terrestres, maritimes et douanières, serait inévitablement exclu de l’Union européenne, de toutes ses instances, et par conséquent de la zone euro. Il devrait alors se créer une nouvelle monnaie.

Par ailleurs, les indépendantistes ont insisté sur le fait qu’ils prendraient immédiatement le contrôle des frontières s’ils remportent le référendum, sans préciser comment se concrétiserait ce contrôle. Une sortie de l’UE entraînerait fatalement une sortie de l’espace Schengen. Difficile cependant d’imaginer un Etat totalement fermé, appliquant un contrôle ultra-sévère de ses frontières. Une libre circulation pour les ressortissants de l’Union européenne équipés d’une carte d’identité valide semble être un scénario plausible, à l’image, par exemple de ce que fait la principauté d’Andorre.

Evidemment, réintégrer l’Union européenne n’aura rien d’automatique pour la Catalogne devenue indépendante. Pour espérer faire à nouveau partie de l’UE, elle devra entamer un nouveau processus d’adhésion pour devenir un Etat-membre à part entière. La manoeuvre, dont les chances de succès sont loin d’être acquises, prendrait des années.

  • De lourdes conséquences économiques pour la Catalogne

Une séparation d’avec Madrid pourrait avoir d’importantes conséquences économiques. Certes, la Catalogne est l’une des régions les plus riches du pays. Pour rappel, elle représente un cinquième du PIB de l’Espagne (19% en 2016), ce qui la place au coude-à-coude avec Madrid (18,6%) pour le titre de région espagnole la plus aisée.

Le taux de chômage, lui, est similaire à celui de la capitale, et bien moindre que dans le reste du pays: il s’établit à 13,2% au deuxième trimestre 2017 (contre 17,2% au niveau national). Toutefois, un détail, et pas des moindre, vient ternir ce tableau: le poids de la dette publique, qui est l’un des points faibles de la Catalogne. Elle représente 35,2% de son PIB, ce qui en fait la troisième région la plus endettée d’Espagne au premier trimestre 2017.

Les avis divergent sur la portée économique réelle qu’aurait une sécession. Alarmiste, le ministre espagnol de l’Economie estime qu’une Catalogne indépendante verrait son PIB chuter de 25 à 30% et que le chômage doublerait. Mais certains économistes pensent au contraire que le PIB du nouvel Etat resterait à peu près stable à court terme, et augmenterait de 7% à long terme.

Les effets d’une sécession, tels que des boycotts, des délocalisations, des taxes, seraient à prévoir, qui mettraient le nouvel Etat en difficulté. Par exemple, Bruxelles instaurerait une taxe des produits catalans, puisque ceux-ci ne seraient plus produits dans l’Union européenne, et la Catalogne taxerait également ceux qu’elle importe, afin, comme l’expliquent Les Echos, de protéger ses entreprises. Rappelons d’ailleurs que la Catalogne, en première ligne sur la production de viande de porc et de voitures, est de très loin la première région exportatrice d’Espagne, avec un quart des ventes de marchandises à l’étranger en 2016 et au premier trimestre 2017.

La région est également attractive: elle a amené à elle environ 14% des investissements étrangers en Espagne en 2015, en deuxième position derrière Madrid (64%), mais loin devant toutes les autres régions du pays. Aussi, une indépendance pourrait faire peur aux investisseurs, qui seraient tentés de se rediriger vers d’autres régions.

  • Une immense perte touristique

Pour l’Espagne, perdre la Catalogne écorcherait considérablement les chiffres du tourisme. Avec sa capitale, Barcelone, et les plages de la Costa Brava, elle est la région espagnole attirant le plus de touristes étrangers. La tendance s’est encore accrue ces dernières années. Plus de 18 millions s’y sont rendus en 2016, soit un quart du total des étrangers accueillis par le pays.

L’aéroport de Barcelone est d’ailleurs le deuxième du pays, après celui de Madrid. Il a accueilli en 2016 plus de 44 millions de passagers. Il est notamment très prisé des compagnies low-cost qui cherchent à en faire un hub européen pour leurs vols long-courrier à destination de l’Amérique. Enfin, le port de Barcelone est le troisième d’Espagne pour les marchandises après Algesiras et Valence, et l’un des plus importants d’Europe pour les croisières.

  • Et le sport dans tout ça?

Quant au sport, lui aussi pourrait subir des conséquences directes d’une sécession. Dans le domaine du football par exemple, élément particulièrement incontournable de la culture locale, le FC Barcelone, historiquement attaché aux désirs d’indépendance catalans, pourrait se retrouver exclu du championnat national. D’autres clubs catalans, tels que Girone et l’Espanyol Barcelone, se retrouveraient aussi hors-circuit.

De quoi affaiblir la Liga, notamment à cause des droits télévisées et de la publicité, puisque les matchs du géant barcelonais, l’un des meilleurs clubs de football au monde, sont les plus attendus et regardés, avec ceux de son grand rival, le Real Madrid.

Le patron du championnat, Javier Tebas, a en tout cas averti dès le début du mois de septembre. « Les clubs catalans ne pourront pas jouer en Liga si l’indépendance est prononcée ».

Publié par ecoloreac dans Non classé | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!