L’UNION EUROPEENNE APPELLE LA CHINE A L’AIDE POUR PRESERVER SON TRAIN DE VIE: HALTE A LA FOLIE CONSUMERISTE

En visite à Pékin pour deux jours, pour sa première visite en Chine en tant que directrice générale du Fonds, Christine Lagarde doit examiner avec les responsables chinois les conséquences de la crise de la dette en Europe et les conditions dans lesquelles la deuxième économie mondiale pourrait être amené à davantage aider le Vieux continent, notamment par le biais éventuellement d’un nouvel instrument lié au FMI.

Hier, Christine Lagarde s’est exprimée en qualité de directrice générale du FMI et elle a publiquement relevé un « risque de spirale d’instabilité financière mondiale » si les économies de la planète ne réagissent pas ensemble face à la crise. Elle a encore souligné que l’Asie n’était pas à l’abri. Autrement dit, tout le monde est dans le même bateau. La cause ? Le risque de la dette. Hier, tous les dignitaires des organismes supranationaux se fichaient totalement des dettes et quelques-uns mettaient surtout en avant la dette des États-Unis. Aujourd’hui, changement brutal de décor : la dette souveraine est le sujet brûlant. Un sujet qui permet aux forces de marchés de faire flamber les taux, de justifier des mesures d’austérité draconienne des gouvernements potiches pour aspirer la richesse restante des peuples et surtout celle de classe moyenne où l’on trouve des patrons de PME PMI qui sont de sérieux employeurs, vitaux, pour l’économie nationale.

Quel aveuglement de nos contemporains pour ne pas voir que cette entreprise de destruction correspond au programme mondialiste que résume si bien la formule maçonnique Ordo ab Chaos ? Comme disait quelqu’un : « Plus c’est gros, mieux ça passe ! » Pourquoi les G-20 ne servent-ils pas à dire aux banquiers : on s’endette désormais auprès de nos banques centrales à 0% et on ne paie plus les intérêts ? Non ! Il faut surtout justifier le maintien d’un système qui ne peut mener qu’à la misère des peuples, au profit d’une caste d’individus qui cherche le POUVOIR absolu.

Le FMI joue bien son rôle dans ce spectacle de très mauvais goût. Après s’être planté durant des années, C. Lagarde qui serinait sur « la reprise » lorsqu’elle était ministre des Finances, semble avoir trouvé une pythie de qualité pour lui annoncer cette fois le bon scénario. La directrice générale du FMI n’y va pas par quatre chemins: « L’économie mondiale est entrée dans une phase dangereuse et incertaine ».

Après sa rencontre avec le gouverneur de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, la directrice du FMI doit se rendre au Japon. Rappelons que la Chine est le premier détenteur mondial de réserves de change, dont le montant, colossal, s’élève à 3.200 milliards de dollars. Le Japon arrive en deuxième position.

Le FMI demande à la Chine de consentir à perdre de l’argent pour maintenir provisoirement le Machin européen, en échange de quoi les Familles du cartel bancaire, c’est-à-dire les parrains du FMI, deviendraient plus souple sur la réforme des quotes-parts et des droits de vote au sein du Fonds, permettant à la Chine de devenir le troisième pays en termes de droits de vote au sein de l’institution.

La Chine a reçu une petite menace : tout en saluant la bonne santé économique chinoise et son rôle moteur auprès d’autres pays en développement, la patronne du FMI a estimé que l’Asie n’était pas « immunisée » contre une « contagion » des maux frappant les nations occidentales. « L’Asie n’est pas à l’abri. Que ce soit par le biais du commerce ou du secteur financier qui peuvent jouer un rôle d’accélérateur de crise, l’Asie doit se préparer », a mis en garde Christine Lagarde. Le décodage est très transparent pour Pékin… pour nous aussi. Entendons qu’un CARNAGE se prépare sur les marchés financiers.

La troïka financière européenne  vient d’accoucher de son énième rustine sans aller au cœur du problème : quand interdirez-vous les marchés financiers de spéculer sur les dettes souveraines ? Quand assumerez-vous quatre décennies de mensonges, toutes classes politiques confondues ? Mr Obama eut été un peu plus avisé de s’expliquer  sur les rapports incestueux de la banque Goldman Sachs avec l’establishment américain, de son rôle dans la pantomime grecque, et dans la crise mondiale……pour faire court !

Il eut été tout autant heureux que les belligérants du G Vain expliquent au monde que les agences de notation décident dorénavant des politiques économiques de l’Occident, qu’elles n’exigent que de  la rigueur pour les peuples, et du profit pour quelques autres. La crainte de nos gouvernants vis a vis de ces agences n’a d’ailleurs d’égale que le laxisme dont ils ont fait preuve quant à leurs responsabilités dans les faillites en cascade de ces dernières années. Combien de ruines sont dues a leurs notations triple A sur les montagnes de déchets financiers  toxiques que les plans de rigueurs de toute la planète n’arriveront pas a éponger ? 

http://www.marc-aragon.net/article-agences-de-notation-44952440.html

La palme du cynisme devrait être décernée au président de la plus grande blanchisserie mondial, J C Juncker, qui, désabusé, constatait qu’on ne pouvait faire le bonheur des Grecs malgré eux !

Nos gouvernants ont tendu la sébile à tous les marchands d’esclaves que la terre peut porter, après avoir pendant 20 ans détruit la classe ouvrière, les professions libérales et les paysans de l’Occident au profit d’une mondialisation libéralisée de la pire espèce qu’il soit  ! Le comble de l’ironie veut que ce soit vers les Chinois, grand pourvoyeur de chômage en Occident, destructeur du savoir-faire occidental au profit du merde in china que l’on se tourne pour en faire les pseudo sauveur d’une Europe en agonie… avec quelques joyeusetés (exigences) que les escronomistes éviteront de commenter, histoire de ne pas gêner un illusoire rebond des marchés financiers !

 -ils apporteraient PEUT ÊTRE 100 milliards au FESF, si… les garanties étaient assurées principalement par l’Allemagne et accessoirement la France. Bonjour l’avenir en cas de défaillances d’autres États !

 -Si les gouvernements européens s’engageaient dans plus de rigueur.

 -Si ces aides se faisaient en coordinations avec le FMI. Quand on connaît cet organisme et son œuvre depuis sa création ! Ceux qui ont la mémoire courte ont sans doute oublié que Mr Harry Dexter White, confondu comme espion au service du régime stalinien alors qu’il exerçait  au sein même du gouvernement américain, fut remercié en étant intronisé au sein du FMI et fut également le penseur et fondateur du nouvel ordre économique mondial, imposé au monde depuis 1945 (1).

Décidément, capitalisme et communisme ressemblent de plus en plus aux deux faces d’une même farce ! Deux penseurs modernes tels Soljenitsyne et Israël Shamir se sont penchés sur l’épineuse question de ce curieux nouvel ordre mondial.

Une chose est dorénavant perceptible pour ne pas dire indiscutable aux yeux des plus ignorants : ce sont les financiers internationaux qui font les lois, le suffrage universel est une immense foutaise ! Nos gouvernants pourront autant qu’ils veulent imprimer de l’argent, inventer des dettes, ils ne feront qu’alourdir le joug des banquiers. Ce n’est pas une nouveauté. Napoléon 1er l’avait déjà fort bien exprimé il y a deux siècle : 

  »Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence; leur unique objectif est le gain. » (Napoléon Bonaparte – 1769/1821, Empereur Français)

Tous les présidents américains et d’autres qui essayèrent de se mettre en travers de ce pouvoir  sont passés de vie à trépas : John Fitzgerald Kennedy, pour n’en citer qu’un.

Le problème de la dette grecque est une peccadille à côté de celles qui arrivent, Italie en tête. La financiarisation de l’Occident depuis plus de 20 ans a phagocyté toutes ses forces vives, au nom de la mondialisation. C’est à une Europe moribonde que l’on demande des plans d’austérité pour les pauvres et des rendements financiers pour une minorité. Ils sortent d’où ces milliards du FESF ? Combien de dettes supplémentaires Mr Sarkozy va t-il rajouter sur le dos de son peuple qu’il ne voit même pas mourir de faim ? On peut feindre de l’ignorer, mais ce sont des cohortes de moribonds qui font la queue en Occident pour mendier leur pain quotidien ; alors que l’Europe a coupé avec une incroyable indécence son programme d’a ide alimentaire. Aux USA, ce sont plus de 45 millions d’habitants qui en dépendent : 

http://www.momagri.org/FR/temoignages/Aux-Etats-Unis-le-programme-d-aide-alimentaire-durement-frappe-alors-que-le-chomage-reste-eleve_979.html

Laisser un commentaire

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!