24-07-2012

NON AU LGV DE LA COTE BASQUE

NON AU LGV DE LA COTE BASQUE

               Certes, le TGV est souvent un moyen de désenclaver certaines régions en vue d’un aménagement du territoire harmonieux et équilibré que j’appelle de mes voeux. Lorsqu’il se trouve connecté à des réseaux de transports en commun secondaires, et à cette condition seulement en fait, c’est de surcroît un puissant moyen d’économiser le carburant à grande échelle.

Toutefois, peut-on parler de la Côte Basque comme une zone enclavée lorsque l’on y constate l’impact de la pression immobilière et touristique depuis la cessation des activités d’Ipparetarak de Philippe Bidart?

Surtout, et à supposer que cette ligne ne desserve pas Biarritz-la Négresse ni Saint-Jean-de-Luz  (il n’est pas sûr que c’est ce qu’en attendent les Parisiens en villégiature ou Basques exilés), ces travaux pharaonesque se traduiraient par un gain de temps de quelques minutes seulement!

                  Vraiment pas de quoi dénaturer l’immédiat arrière-pays labourdin (Arcangues, Ascain) dont la caractéristique est justement d’avoir su conserver une identité qui constitue la base de la véritable écologie.

J’apporte ici tout mon soutien aux opposants à la ligne LGV et propose plutôt un modèle de type « Euskotren » (adopté par nos voisins de Guipuzcoa et de Biscaye) avec ramifications dans l’arrière-pays jusqu’à la Soule et à la Haute-Navarre pour mieux répartir l’activité au Pays Basque et faciliter la vie des petits producteurs locaux ayant conservé une identité basque, mal défendus par les céréaliers subventionnés du piémont.

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

11-07-2012

LA MAINMISE DES GAUCHISTES DANS LES ASSOCIATIONS ECOLOGISTES ET REGIONALISTES N’EST PAS UNE FATALITE

            Tout d’abord, dans les deux cas, l’on fait référence à des valeurs d’identité très fortes, encore faut-il préciser que les identités régionales ne sont pas un obstacle à l’identité nationale, traverstie par la gauche en une forme d’ »Etat-Providence » égalitariste favorisant paradoxalement l’individualisme consumérisme déraciné.

                Ensuite, justement, les difficultés de finances publiques présentes et à venir de cet « Etat-Providence » ne laissent pas tellement d’autre choix que d’inciter au réveil de ce que Maurras appellait les « corps intermédiaires », d’ailleurs transposées dans la doctrine sociale de l’Eglise, communautés favorisant les vraies solidarités privées-loin du « solitaire solidaire » de l’Etat-Providence- avec un système de partage de ressources et d’échanges de services selon un mode de vie traditionnel qui ne demande rien à personne à partir du moment où il accepte un certain renoncement aux normes du confort contemporain.

                Enfin, pour que ces solidarités privées fonctionnent mieux, il convient justement qu’elles s’appuient sur les solidarités naturelles ou traditionnelles que peuvent consitutuer les identités régionales, elles-mêmes constituantes de l’identité nationale-c’était tout le miracle royal- mais aussi constituées de communautés plus petites telles que les corporations, les paroisses ou les métiers, n’excluant d’ailleurs pas des associations relai conçues sur le même type que les actuelles A.M.A.P.

                 Il est un fait que la droite gouvernementale n’a pas cassé le modèle d’Etat-Providence et l’a souvent instrumentalisé au profit d’une économie financiarisée ou de mauvais rentiers (« retraités aisés » faisant flamber les prix sur les littoraux corse, basque ou breton par exemple) mais il est un fait aussi que, encourageant l’assistanat pour tout le monde, la gauche vise à empêcher la constitution de ces solidarités privées pour continuer à promouvoir jusqu’à l’impossible le modèle du « solitaire solidaire » accueillant d’ailleurs jusqu’à l’inconscience toute la misère du monde.

 

                                Alors, les gauchistes tiennent les A.M.A.P. ou associations régionalistes? Qu’à cela ne tienne, je demande à la vraie droite de les investir avec le mot d’ordre de la réhabilitation de la société traditionnelle au détriment de l’individualisme consumériste collectiviste nécessairement menacé.

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

17-04-2012

UN CALENDRIER POUR CONNAITRE LES FRUITS ET LEGUMES DE SAISON

L’objectif est d’offrir un repère de consommation responsable aux enfants avec ce calendrier facilement transportable…qui pourra également être utile aux parents lors des courses!

Entièrement conçue, fabriquée et conditionnée en France, la Fleur de saison se compose de matériaux recyclés et recyclables et d’encres végétales.

Associé à la Fleur de saison, le site Mur-mure.com évite également l’impression de supports d’information matériels en offrant un espace interactif original privilégiant l’amusement et la découverte.

Le pack est au prix de 14,90€.

Bon à savoir : Pour les adultes, le site www.fraichattitude.com propose également un calendrier très complet des fruits et légumes de saison à imprimer et à afficher dans sa cuisine .

Stella Giani

 

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

17-04-2012

François Hollande, champion des émissions de CO2

François Hollande, champion des émissions de CO2

Créé le 16-04-2012 à 15h33 – Mis à jour à 18h01      7 réactions

Le Nouvel Observateur avec AFP

 

Par Le Nouvel Observateur avec AFP

 

Mauvais élève de l’effet de serre, le candidat socialiste est suivi de près par son rival UMP.

inShare2

 

Le tirage à 15 millions d'exemplaires des "60 propositions" de François Hollande plombe son bilan carbone. (LANCELOT FREDERIC/SIPA)

Le tirage à 15 millions d’exemplaires des « 60 propositions » de François Hollande plombe son bilan carbone. (LANCELOT FREDERIC/SIPA)

Mots-clés : Hollande, Sarkozy, Mélenchon, Le Pen, Bayrou, déplacement
Sur le même sujet
 

La campagne de François Hollande est celle qui génère le plus de CO2, selon les calculs publiés lundi 16 avril par le cabinet B&L évolution qui a analysé les émissions de gaz à effet de serre des principaux prétendants à l’Elysée.

Les émissions de CO2 du candidat socialiste entre le 20 mars et le 15 avril représentent l’équivalent de quelque 300 tours du monde en voiture, contre 268 pour Nicolas Sarkozy (UMP) et 206 pour Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), estime Charles-Adrien Louis, qui a réalisé le « baromètre » de ce cabinet d’expertise.

Principaux émetteurs : les déplacements et la communication

Celui-ci a établi un bilan carbone de cinq des dix candidats en lice, ayant écarté, au vu des sondages, ceux « ayant de fortes chances de ne pas atteindre les 5% ». Sous ce plafond, les candidats sont soumis à des contraintes financières plus fortes, ce qui limite de facto leur activité et donc leurs émissions de CO2.

Sur les cinq candidats retenus, les postes « meetings », comprenant le transport des spectateurs et les affiches et tracts en amont, et « impression », incluant les professions de foi et les programmes envoyés à plusieurs millions d’exemplaires, représentent plus de 90% des émissions globales.

Les meetings de François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon ont généré des niveaux similaires de gaz à effet de serre, principalement émis par les transports des spectateurs, loin devant ceux de François Bayrou et Marine Le Pen, dont les réunions publiques ont été beaucoup moins fréquentées.

Mais François Hollande est le moins bon élève du baromètre global avec un total de 3.098 tonnes équivalent CO2 contre 2.745 t pour Nicolas Sarkozy et 2.105 t pour Jean-Luc Mélenchon. Et ce principalement en raison d’un poste « impression » plus important: ses « 60 propositions » ont été tirées à 15 millions d’exemplaires contre 6 millions pour la « Lettre aux Français » de Nicolas Sarkozy.

Point de repère

Temps de parole, budget… Beaucoup de limites sont imposées à un prétendant à l’Elysée, mais pas le CO2, rappelle un cabinet spécialisé qui, pendant la campagne, compare les émissions de gaz à effet de serre des bus spéciaux et multiples imprimés des principaux candidats.

L’objectif de l’exercice, au-delà de rappeler au bon souvenir des électeurs la question du réchauffement climatique, « écartée du débat présidentiel », est d’établir un « état zéro » d’une campagne électorale, souligne le jeune ingénieur.

Constatant que « la comptabilité carbone s’impose peu à peu comme un élément incontournable » dans les entreprises et les collectivités, le cabinet estime « envisageable d’imaginer une contrainte en termes d’émission de GES pour les campagnes » à l’avenir, comme il existe aujourd’hui des contraintes financières.

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

06-03-2012

MIEUX QUE LE MALTHUSIANISME, LA DECROISSANCE POUR REHABILITER L’ENVIRONNEMENT TRADITIONNEL EN METTANT FIN AU SOCIALISME ET AU KEYNESIANISME

               Au moment où les apprentis « économistes » de droite et de gauche-ceux qui pensaient il y a peu que l’Union européenne et l’Etat-Providence amèneraient une prospérité sans limite- nous expliquent selon des méthodes socialisantes éprouvées mais généralisées maintenant au niveau européen (avec le succès que l’on sait maintenant) qu’il faut « relancer » la croissance », il est important de préciser quelque chose qui, normalement, ne devrait pas trop déplaire à nos amis écologistes s’ils pensaient à l’environnement avant de s’intéresser à la chasse ou au contrôle des naissances.

A partir du moment où ce que l’on appelle le « système productif »-industries et agriculture- se délocalise, il n’est pas possible de maintenir la « consommation » sans artifice financier tout simplement parce qu’un modèle basé sur cette seule dernière (la « consommation ») n’est pas écologiquement  viable.

En clair, les salariés des services qui s’entassent dans les agglomérations ont « besoin » d’un minimum de produits que, de fait, on fait venir de l’autre bout de la planète (ce qui ne semble curieusement pas déranger Madame Joly!) tandis que, devant l’incapacité objective de ces salariés de financer un mode de vie structurellement individualiste et consumériste (y compris sur le plan énergétique), l’ »Etat-Providence » passe à la « caisse » pour « prendre le relai ». Heureusement encore que les produits issus du « dumping » chinois vont être un minimum taxés mais quand on voit des décisions issus de vote du Parlement européen (en faveur des produits marocains par exemple), on peut se demander si le délire n’est pas à l’ordre du jour dans nos « élites ».

Car, voilà, à partir du moment où notre mode de vie n’est pas viable ni écologiquement ni économiquement, ce qui revient d’ailleurs au même, c’est qu’il faut le modifier: il faut apprendre aux gens à ne plus s’entasser dans les agglomérations, à utiliser les « circuits directs », à limiter leur consommation énergétique, à pratiquer la solidarité de voisinage, à cultiver leur jardin, à… »chasser » le chevreuil et le sanglier qui pullulent dans nos campagnes! Et à payer lorsqu’ils ont tout de même besoin de quelque chose pour, au moins, que les produits ne viennent pas d’ailleurs, avec des charges de transports (pour les distributeurs) curieusement faibles. Bref, rompre avec la théorie d’un individualisme consumériste assisté par un Etat socialisant!

Et les écologistes feraient mieux de songer à inciter à cela, ou à réclamer la « taxation » de la « surconsommation » énergétique au profit des énergies renouvelables (attention aux éoliennes!) que se s’en prendre à notre potentiel nucléaire ou aux chasseurs!

En tout cas, la « décroissance » (si l’on raisonne à partir d’un P.I.B. ne constituant que des « flux financiers ») ne serait pas absurde même d’un strict point de vue économique, pourvu que l’on cesse le recours aux importations et au surendettement, et que les populations réapprennent les vertus de la société traditionnelle, encadrée par de fortes solidarités « identitaires » plutôt qu’une solidarité publique factice et  bureaucratie maintenant l’homme à l’état de consommateur solitaire assisté!

N’avez-vous pas remarqué que le modèle de « croissance » se traduisait surtout par une croissance de…l’endettement?

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

01-03-2012

PROPOSITION DE LOI POUR ENCOURAGER LES CIRCUITS COURTS ENTRE AGRICULTEURS ET CONSOMMATEURS

Dominique SOUCHET, vient de déposer une proposition de loi pour renforcer l’information des consommateurs et la transparence des prix agricoles.

 

Paris, le 23 février 2012

 

Communiqué de presse

 

Salon de l’Agriculture :

73 députés déposent une proposition de loi

 

            Dominique SOUCHET, député de la Vendée, vient de déposer une proposition de loi pour renforcer l’information des consommateurs et la transparence des prix agricoles et a reçu le soutien de 73 députés (UMP, NC et NI).

            La proposition de loi prévoit de rendre obligatoire l’affichage de la part qui revient au producteur dans le prix de vente d’un produit.

            Dominique SOUCHET souhaite que cette disposition s’applique dans un premier temps à tous les produits agricoles non-transformés (fruits, légumes, fleurs, oeufs etc.)

            Pour Dominique SOUCHET, il s’agit d’une « proposition incitative et facile à mettre en œuvre ». Mais il ajoute que « changer les étiquettes des prix de vente doit également permettre de changer l’éthique de la distribution ».

            « Pour certains produits agricoles, moins de 15 % du prix de vente va directement au producteur, sans que le consommateur n’en sache rien. Il faut renforcer la transparence pour orienter la consommation vers les produits qui bénéficient vraiment aux producteurs ».

            Pour Dominique SOUCHET, cette proposition de loi pourrait avoir 3 effets positifs :

  • rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les « circuits courts » ;
  • augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs en tirant à la baisse les marges de la distribution ;
  • soutenir les agriculteurs français en encourageant la consommation d’une production nationale.

 

Dominique SOUCHET
Député de la Vendée

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

16-02-2012

LA GRECE: QU’ON COUPE LES VIVRES TOUT DE SUITE ET QUE LES BOCHES N’Y FOUTTENT PLUS LES PIEDS

               Franchement, voir des députés molestés par des Grecs en colère  n’est pas si grave, surtout lorsque l’on sait qu’ils ont largement collaboré au « trucage » des comptes avec l’aide de leurs amis de Goldman Sachs qui prétendent aujourd’hui remettre de l’ordre dans les finances du pays comme si la chose était encore possible! En revanche, voir le peuple grec en si grande détresse fait mal si l’on se souvient bien où est née la civilisation la plus brillante de l’histoire de l’humanité. Et ce qui fait encore plus mal est de voir ces pauvres gens manifester au moins autant contre les mesures d’austérité certes aveugles mais néanmoins nécessaires si l’on applique le principe de gestion « en bon père de famille » de base qui veut que l’on ne vive pas « au dessus de ses moyens » que contre la perte d’indépendance, la mise sous tutelle par les Boches et les financiers de Goldmans Sachs-et oui, encore eux-  alors que ce serait bien plus simple pour l’Europe de « couper les vivres » tout de suite, ce qui serait tout aussi douloureux mais permettrait au moins aux Grecs de recouvrer leur fierté et leur « économie vivrière de proximité ».

                          Car l’écologie, du moins ma vision de l’écologie, n’est jamais très loin lorsque j’évoque des questions de fierté et d’identité nationale, chacun sait que la Grèce est maintenue sous perfusion depuis des années (la seule légitimité étant la proximité turcque), que son modèle économique basé sur le tourisme n’est pas énergétiquement viable, sans même qu’il ne soit besoin d’évoquer la « fraude » que je ne condamne pas en soi pour ma part tant c’est une erreur d’attendre le bonheur de l’Etat…comme de l’Europe ou de la finance d’ailleurs!

                                   Mais les Germains sont-ils au moins sincères lorsqu’ils jouent sans doute un peu à juste titre-mis à part que c’est bien l’euro fort qui a ruiné les grandes industries des pays latins, avec le poids des prèlèvements obligatoires il est vrai,- à la « cigale et la fourmi », fable que je trouve par ailleurs absolument géniale et appropriée à notre époque? Si je leur reconnais une responsabilité collective que je voudrais bien voir en France, que ce soir d’ailleurs sur la dépendance à l’Etat que sur la capacité à faire des économies d’énergies dans leur pays à l’hiver bien plus rude qu’en Europe de l’Ouest et a forciori aussi dans les îles grecques, je ne suis pas sûr que leurs visites dans ces dernières, comme aux Baléares, relève de la plus grande responsabilité économique et énergétique.

                                      Alors, je dis oui, je suis pour une austérité plus radicale mais beaucoup moins perverse en « coupant les vivres » à la Grèce-le fromage de chèvre et l’huile d’olive sont excellents pour la santé et puis le soleil fait faire des économies (sans parler du photovoltaïque qui s’exporterait mieux après la sortie de l’euro), quelles que soient les conséquences pour les banques « parasites » et les Etats de l’Ouest de l’ Europe y perdront des plumes de toutes façons, mais je dis aussi aux Germains : vous avez ce que vous voulez mais ne f..plus les pieds en Grèce!

D’ailleurs, vous vous y ferez lyncher!

 

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

02-02-2012

LA RAGE DES CLIMATO-SCEPTIQUES CONFINE A L’HYSTERIE

La rage des climato-scetiques confine désormais à l’hystérie !

Rédigé par on Wednesday, February 1, 2012 · 6 Commentaires 

LA RAGE DES CLIMATO-SCEPTIQUES CONFINE A L'HYSTERIE age-glaciaire

Nous entrons dans une vague de froid sans précédant… Ce sont les zautorités et les médias qui le disent… Donc c’est vrai !

BFM TV est particulièrement prolixe en la matière. Depuis hier matin la France est sur le pied de guerre. Dans mon petit village du nord de l’Allier, la mairie a même reçu hier une alerte préfectorale !

La glaciation du post wurmien est en route qu’on se le dise !…

Et pour que les bons esprits en soit conscients, Météo France complice de cette lamentable guignolerie nous prévient : on parlera désormais de température “ressentie”

Outre qu’évidemment chacun ressent le froid en fonction de sa physiologie propre – car malheureusement pour certains la physiologie dont surtout la thermorégulation échappe encore à la normalisation – il faut souligner que l’action du vent produirait des résultats spectaculaires pour faire baisser le mercure dans les statistiques…

Car elle est tabulée la température ressentie ! Il suffit de lire le tableau annexé pour constater que:

-  si le vent atteint 20 km/h, (à peine de quoi faire tourner une éolienne) une température de – 5°c serait “ressentie” à – 12°c
- à 30 Km/h (ce qui n’est pas encore la vitesse d’une rafale!) une température de -10°C sera “ressentie” à – 20 °C !!!
- En cas de petite rafale de vent à 60 km/h, ce qu’on ose imaginer, les médecins s’interrogent pour savoir si les combinaisons polaires seront suffisantes : s’il fait -5°C, on est prié de ressentir – 15°C !

Une totale foutaise que le coup de la température ressentie, mais c’est aujourd’hui la seule indication qui va être donnée aux heures de grande écoute à ce grand public certainement terrifié.

A ce stade cela ne s’appelle plus du bidouillage, c’est de l’intoxication mentale !

age-clacierge12Comme je sais que le réchauffement climatique n’existe pas, que l’homme n’a aucune action sur son environnement – on nous bassine avec cela tous les jours – je me borne à constater qu’habitant en rase campagne, depuis début novembre, j’ai eu droit à 4 (quatre) petits matins avec des gelées blanches depuis la Toussaint… Du jamais vu en effet.

Jamais un hiver n’a été aussi chaud : les bourgeons sont prêts à éclater, les maraîchers s’affolent… Les médias le soulignaient tous il y a 15 jours, mais visiblement ce n’est plus du tout politiquement correct aujourd’hui.

La glaciation est en marche puisqu’on vous le dit !

Au dessus de chez moi, depuis quinze jours – on voit passer des vols de grues qui remontent vers le nord ! Du jamais vu un 15 janvier de mémoire de bourbonnais…

Tous les jeudis matin je me rends dans un coin perdu au dessus de Roanne, dans les Monts du Lyonnais. Là haut, ceux que j’y connais n’ont jamais vu cela non plus depuis soixante ans qu’ils y sont installés : depuis le début de l’hiver, il n’est tombé de la neige qu’une fois et elle n’a pas tenu !

A peine deux matinées avec un peu de verglas… Du jamais vu.

Pourtant, la glaciation est en route, on vous le dit !

L’hiver 56 c’était de la petite bière à côté !

Vous rendez vous compte qu’en plein hiver on prévoit que “la température pourrait être de zéro ou un degré en pleine journée” ! Même qu’un “épisode neigeux” pourrait faire tenir la neige au sol…2 ou 3 jours (?)

Non, rassurez-vous, le cauchemar climatique a ses limites tout de même …

Ici, il est bien tombé 5 cm de neige cette nuit, mais elle a fortement fondu depuis 10 h ce matin. A l’ombre, en fouillant sous les herbes, on en trouve encore un peu…

Heureusement qu’il nous reste la température ressentie pour frémir !

En fait, la température c’est comme la connerie, le ressenti est directement fonction du tapage qu’on fait autour… Et là rien n’est négligé ! Moins 5°C, moins 10°C, moins 15°C, peut être moins 20°C, les commentateurs ne se tiennent plus…

Jusqu’à quand allons nous supporter ces âneries et surtout qui servent-elles ?
Des nuits à -5°C voire -10°C en plein hiver la belle affaire !  (Là on parle de température réelle, pas “ressentie”!)

“A la chandeleur, l’hiver meurt ou prend vigueur”

un vieil adage évidemment oublié en cette année 2012 où l’hiver, au 30 janvier, n’a pas encore commencé. Du jamais vu cela ! Il serait temps qu’il s’y mette !

Saint-Plaix

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

31-01-2012

VAGUE DE FROID: EVITEZ LA SURCONSOMMATION ENERGETIQUE

 

Après quelques semaines constitutives d’un hiver plutôt « doux », dominée par les vents d’Ouest, ne remettant pas en cause par ailleurs le bon fonctionnement du « Gulf Stream », une vague de froid qui commence à peine et dont on ne connait pas encore exactement la fin va toucher l’Europe de l’Ouest et ce, en pleine crise budgétaire et alors même que le pays qui échappe le plus à celle-ci a déjà décidé de fermer certaines de ses centrales nucléaires.

 

Je l’ai déjà dit, je ne suis pas favorable à un abandon brutal du secteur nucléaire en France, qui peut servir aussi à rééquilibrer légèrement le déficit commercial avec une Allemagne dénucléarisée mais suis plutôt favorable à des systèmes d’aides directes aux énergies renouvelables-mal conçues puis abandonnées par le gouvernement Fillon après l’épanouissement d’un certain savoir-faire dans le cas des panneaux solaires- ainsi qu’à une responsabilisation de la consommation en faisant payer par les surconsommateurs la sécurisation des centrales nucléaires vouées à continuer à fonctionner ainsi que les infrastructures nécessaires aux « énergies renouvelables » à la condition qu’elles « créent » des emplois au coeur des provinces françaises, financement éventuellement complété par une taxation aux frontières spécifiques pour produits ne respectant pas un minimum de normes écologiques.

 

Il n’empêche que, tant que tout cela n’est pas mis en place, le double fait que l’Allemagne soit prête à nous acheter de l’électricité à un prix que nous ne saurions refuser et que la consommation française elle-même risque d’excéder la production doit conduire  à rappeler une règle de bon sens : il ne faut pas « surconsommer »: il est inutile de chauffer les pièces au-delà de 19°C, de maintenir les congélateurs en plein fonctionnement et de se livrer à des activités pouvant attendre le printemps et il faut utiliser les « méthodes de grand-mère » pour ne pas attraper froid.

 

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

16-12-2011

FACE A LA CRISE, LE FINANCEMENT D’EMPLOIS LIES AU « DEVELOPPEMENT DURABLE » A PARTIR DE TAXATION DES PRODUITS D’IMPORTATION CONSTITUE LA SEULE SOLUTION

                 Alors que les économistes turlipinent entre le risque de « décroissance » qu’entrainerait une limitation de la consommation due à des plans d’austérité limitant l’influence de l’ »Etat-Providence » et le risque d’explosion des déficits et donc de la dette et donc des intérêts de la dettes du à une « politique de relance » qu’elle soit publique ou « bancaire » (comme en 2008), et que ce dilemme se produit au niveau européen à travers la recherche d’un compromis entre la France partisane d’une « planche à billets » au niveau européen et l’Allemagne partisane d’une rigueur appliquée à tous sur son exemple (oubliant au passage le facteur « clientèle »), il importe plus que jamais de raisonner différemment.

Certes, il faut agir sur les dépenses stériles qui ne sont pas réinvesties en emplois, par exemple concernant les retraités issus du « Baby Boom » qui passent une partie de leur temps à l’étranger et reviennent pour se soigner aux frais du contribuable mais il convient avant tout de raisonner droit en recherchant comment ne pas « consommer ce que l’on ne produit pas ».

Et si on ne produit pas, qu’il s’agisse de produits industriels mais aussi de « matières premières » énergétiques ou agricoles-sachant que le potentiel d’agriculture vivrière de la France est intact et qu’il faudrait le valoriser avec la sphère associative et la suppression de l’assistanat- et bien, il faut cesser de consommer ou, du moins, cesser d’inciter à la consommation.

                      C’est pourquoi, d’autant que si la « planche à billets » au niveau européen est retenue- ce qu’elle sera de toutes façons moyennant une mainmise germanique croissante qui peut se traduire de diverses façons-, on aura nécessairement une inflation causant une perte de pouvoir d’achat, je n’ai aucun scrupule à prôner une taxation écologique des produits d’importation, juste contrepartie de la préservation des mécanismes d’assistanat et de redistribution, laquelle serait directement alloué au « développement durable » sous la condition que ce dernier « crée » des emplois de manière localisée.

Quadruple bénéfice : incitation à la réduction des importations avec incitation à l’autoconsommation des bénéficiaires de minima sociaux, redynamisation de certains secteurs géographiques avec reruralisation de certaines catégories de la population et limitation de l’embourbement francilien, limitation de l’assistanat avec « création » d’emplois appropriés et diminution du besoin d’endettement public et privé, et mise en place d’un nouveau secteur stratégique dont les secteurs agricole, industriel et énergétique nous sauront gré.

Le seul moyen à part la faillite de remédier au différentiel production/consommation passe là encore par une certaine écologie alliant pénalisation des industries polluantes du Tiers-Monde, développement durable, meilleure répartition sur le territoire et encouragement à l’autoconsommation.

Publié par ecoloreac dans Non classé | Pas de Commentaires »

123456...8

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!