PLUTOT LA MERE DE FAMILLE QUE LES ALLOCATIONS FAMILIALES

Une fois n’est pas coutume, enfin cela m’arrive de temps en temps tout de même, je vais taper un peu « dans mon camps » (mais dans un but constructif) : je veux parler des allocations familiales dont bénéficient nombre de foyers « catho » et, pour des raisons légitimes par ailleurs (écoles privés hors contrat par exemple), les défendent bec et ongle.

Mais alors, que répondre à la non moins légitime objection comme quoi les « alloc » contribuent à entretenir la « misère du monde » sur notre territoire à nos frais et selon des modalités on ne peut moins écologiques puisqu’il s’agit de faire bénéficier de la « société de consommation » des personnes qui n’ont n’ont a priori ni les moyens financiers ni les moyens « culturels » (si tant est que l’on puisse parler de « culture » car même certaines cultures tribales d’Afrique Noire valent parfois mieux que celle de l’ »American way of life ») d’en profiter autrement. Les réserver aux indigènes? C’est malheureusement trop tard, les immigrés des troisième et quatrième génération bénéficiant déjà de la nationalité française, à moins de détachements policiers ou militaires généralisant les expulsions qui ne me déplairaient pas mais comporteraient aussi un coût alors qu’il est ici question d’économiser.  La vraie spécificité de la France, ce sont justement ces allocations familiales et, quoique l’on dise, les hommes souffrent aussi du chômage, moins « tertiarisés » et moins « fonctionnarisés » que les femmes par ailleurs et, s’il est évidemment regrettable que le renouvellement des générations ne soit plus assuré, le phénomène est moindre qu’aillleurs et c’est en amont qu’il faudrait intervenir, en cessant de rembourser l’avortement par exemple!

 Le vrai problème est ailleurs  et c’est là que je vais tenir une position analogue à celle des « catho tradi »: ce sont les « mères au foyer » qu’il faut encourager, partant du principe que le « double salaire » surtout dans certaines agglomérations, ne fait qu’alimenter l’inflation depuis un quart de siècle au point que l’on ne s’y retrouve plus en termes de « pouvoir d’achat »!

C’est tout le problème keynésianisme mondialisé qui révèle ainsi son imposture en expliquant que la dépense entraîne l’enrichissement dans la mesure où le coût de la consommation en terme d’endettement et d’environnement dépasse largement le bénéfice attendu désormais, maintenant que les « pays émergents » prennent en charge la production correspondante sans que les Occidentaux ne renoncent encore à leur train de vie, préférant brader leur patrimoine pour cela et laissant la génération « soixante huitarde » se goinfrer jusqu’au bout de voyages  à l’autre bout de la planète et de soins médicaux coûteux..

En prenant le temps d’élever ses enfants mais aussi de cultiver son jardin et de faire sa cuisine, voire de veiller à ses ascendants (sans que cela ne frôle l’archarnement thérapeutique), la mère de famille remplit une fonction assurément saine, écologique et responsable bien meilleure que les « allocations familiales » qui attirent la « misère du monde » dans nos banlieues déshumanisées..

 

Pour les modalités pratiques,je vous renvoie à mon article Alix, mère de famille modèle

Laisser un commentaire

Le Pays |
Les incendies en France |
News |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidoCopro
| l'actue des starlette
| INDIGNEZ VOUS!